Protéger votre cheval pendant l’hiver

écurie

À l’approche de l’hiver, les propriétaires de chevaux doivent se préparer et adopter une approche différente pour prendre soin de leurs chevaux.

La négligence est souvent la pire chose qui arrive au cheval pendant les mois d’hiver. La plupart des chevaux sont mis au pâturage et nous ne les voyons que dans l’obscurité, au moment des repas. Pendant les mois d’été, il est facile de prodiguer des soins affectueux au cheval, lorsque nous montons à cheval tous les jours et que nous voulons nous assurer que le cheval est en forme et en bonne santé.

Soins du cheval pendant l’hiver

De l’eau en quantité suffisante

La chose la plus importante que vous puissiez faire est de vous assurer que le cheval dispose d’une quantité suffisante d’eau dans ses paddocks etdans son abri de prairie.

La pire chose qui puisse arriver à un cheval pendant les mois d’hiver, c’est la glace, et plus particulièrement la glace qui recouvre l’abreuvoir ou le seau d’eau.

L’eau pour le cheval par temps froid est trop souvent négligée. L’eau peut geler, ce qui la rend inaccessible au cheval. Les chevaux adultes ont besoin d’environ 10 gallons d’eau par jour. Pour que le cheval reste en bonne santé par temps froid, les propriétaires doivent s’assurer qu’une grande quantité d’eau fraîche est toujours disponible. Une eau excessivement froide diminuera la consommation d’eau des chevaux.

L’approvisionnement en eau fraîche permet au système digestif du cheval de fonctionner correctement, encourage les habitudes alimentaires normales et aide le cheval à maintenir des températures et des fonctions corporelles normales.

Lorsque le cheval boit moins d’eau, sa consommation d’aliments diminue. Une réduction de l’apport alimentaire entraîne une diminution de l’énergie disponible pour maintenir la température et le poids du corps pendant les mois froids. La réduction de la consommation d’aliments et d’eau peut entraîner des coliques et une altération du tractus intestinal du cheval.

Pour éviter les problèmes de consommation d’eau en hiver, il faut rendre l’eau aussi accessible que possible au cheval. Les abreuvoirs chauffants sont un moyen d’assurer à votre cheval un approvisionnement suffisant en eau potable. En cas d’utilisation d’un chauffe-eau électrique, il faut vérifier chaque jour le réservoir d’eau pour s’assurer que le chauffe-eau ne court-circuite pas et n’envoie pas de décharge électrique au cheval. Un choc électrique empêcherait le cheval de boire.

Défenses naturelles

Le cheval possède deux défenses naturelles contre le froid, un long pelage et une couche de graisse sous la peau. Ces deux éléments constituent un excellent moyen d’isolation contre le froid.

Le long poil d’hiver sert d’isolant en réduisant la perte de chaleur corporelle et constitue la première ligne de défense contre le froid. Sa valeur isolante est perdue lorsque le cheval est mouillé et/ou couvert de boue. C’est pourquoi il est important de lui fournir un endroit sec et abrité par temps froid et humide et de le toiletter régulièrement.

Par temps humide, soyez attentif à la pourriture de la pluie et aux autres problèmes de peau. Si elle n’est pas contrôlée, la pourriture de la pluie peut entraîner une perte de poils et une irritation de votre équidé.

Il est très important d’empêcher le cheval de perdre son poil et son poids corporel et de s’approcher d’un état de carence énergétique (le cheval doit être correctement nourri).

Alimentation en hiver

La plupart des besoins nutritionnels du cheval ne changent pas pendant la saison hivernale. Les besoins en vitamines, minéraux et protéines dépendent toujours de l’âge et de l’état physiologique du cheval ou du poney, et non de la période de l’année. Le cheval doit être nourri en fonction de sa condition physique et de son activité.

Les chevaux et poneys minces doivent recevoir un supplément de céréales en plus d’un foin de bonne qualité afin d’avoir suffisamment d’énergie pour produire de la chaleur, tandis qu’un cheval gras n’aura besoin que de peu ou pas d’augmentation de son alimentation d’automne. La plupart des chevaux adultes qui sont oisifs et en bonne santé peuvent très bien survivre à l’hiver avec du foin de bonne qualité et de l’eau propre en quantité suffisante.

Si un cheval ne maintient pas une bonne condition physique ou s’il effectue un certain travail, il faut ajouter des céréales à son alimentation. Les fourrages grossiers sont digérés dans le cæcum et le côlon par fermentation bactérienne et une grande quantité de chaleur est produite dans ce processus.

Si vous devez compléter votre foin avec des céréales, l’avoine est l’une des céréales les plus sûres à donner. Cependant, le maïs contient deux fois plus d’énergie qu’un volume égal d’avoine, donc une petite quantité de maïs ajoutée à l’alimentation augmentera l’apport énergétique.

Contrairement à la croyance populaire, le maïs ne produit pas de chaleur ; il produit de l’énergie qui peut ensuite être convertie en chaleur ; c’est la digestion du foin qui produit rapidement la chaleur. Cependant, pour le cheval mince, le maïs fournira l’énergie nécessaire pour maintenir le cheval en bonne condition physique et fournira l’énergie nécessaire pour le travail.

Le froid est un véritable stress car le cheval génère suffisamment de chaleur pour fournir de la chaleur corporelle par les temps les plus froids.

Ne pas suralimenter. La suralimentation peut entraîner une prise de poids trop importante pendant l’hiver et provoquer une fourbure et d’autres problèmes de santé au printemps.

Les besoins en vitamines et minéraux sont une préoccupation tout au long de l’année. Tous les chevaux doivent avoir accès à du sel minéral traceur pour répondre à leurs besoins en électrolytes et en minéraux traces. Les vitamines sont présentes en quantités suffisantes dans les aliments pour chevaux de bonne qualité, notamment dans le foin vert bien conservé. Cependant, si la paille semble brune, altérée par les intempéries et que la qualité du foin est douteuse, un supplément en vitamines peut être nécessaire. Un supplément commercial de vitamines et de minéraux peut être utilisé pour fournir ce qui manque dans le foin.

Abri d’hiver

Bien que les chevaux aient besoin d’un abri équestre contre les vents froids, la pluie et la neige, il n’est pas nécessaire de les garder dans un boxe fermé pendant tout l’hiver. Les chevaux gardés à l’extérieur en hiver, avec un accès à un hangar ouvert à l’abri des vents normaux, auront généralement moins de problèmes de maladies respiratoires que les chevaux gardés dans des étables chauffées et mal ventilées. Avec un hangar à trois côtés, le cheval peut s’abriter dans les écuries pendant une tempête de pluie ou de neige et son poil isolant reste sec et pelucheux. Lorsque la tempête est terminée, le cheval peut sortir et être à l’aise même si le mercure est descendu en dessous de zéro. Les chevaux d’un centre équestre maintenus dans une étable fermée doivent faire de l’exercice régulièrement, afin de conserver leur musculature et leur santé. il en va de même pour les poneys de haras et les juments.

Les chevaux de concours dont le pelage est artificiellement court ne doivent pas être laissés dehors dans le froid glacial de l’hiver sans la protection d’une couverture ou d’un coupe-vent.

Si un cheval de concours est logé dans une écurie pendant la majeure partie de l’hiver, celle-ci doit être correctement ventilée afin de réduire le risque de maladie respiratoire. Une bonne ventilation élimine l’excès d’humidité et l’accumulation de condensation. Il faut également veiller à éviter que le cheval soit soumis à un courant d’air direct, ce qui entraînerait un stress et des problèmes supplémentaires. La litière doit être propre, le fumier évacuée et le matériel de sellerie (longe, matériel de dressage, selle) correctement rangé.

Même par temps froid, les chevaux d’équitation préfèrent souvent être à l’extérieur. Lorsqu’il en a l’occasion, le cheval s’acclimate aux températures froides sans grande difficulté.

Il existe une multitude de box pour chevaux, des abris entièrement fermés ou non, constitués d’une porte de box battante en ossature bois ou en acier galvanisé, avec poteaux en pin autoclave ou disposant d’un auvent…. La surface de la “maison du cheval” doit être calculée selon la taille de l’animal, afin qu’il puisse se sentir à l’aise et en sécurité.

Autres conseils pour l’hiver

Un aspect important des soins qui est souvent négligé est le soin des sabots. Même si vous ne montez pas régulièrement votre cheval, ses sabots continuent de pousser pendant les mois d’hiver. De plus, le cheval se déplace sur un sol irrégulier et gelé qui peut faire craquer et casser les pieds.

Faites enlever les fers et parer les sabots avant de laisser le cheval dehors pour l’hiver, et faites parer les pieds régulièrement. Ainsi, à l’arrivée du printemps, le cheval aura des sabots sains, capables de supporter un fer et ainsi pourra être plus facilement monté par des cavaliers.

Soyez attentif à la présence de poux et d’acariens. Les parasites, tant internes qu’externes, peuvent être fortement impliqués par l’hiver. L’intervention d’un vétérinaire peut être nécéssaire.

L’important est de ne pas se contenter de sortir les chevaux et de les oublier. Chaque jour, à chaque repas, les chevaux doivent subir au moins un examen visuel.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*